CANCER DU SEIN

Le cancer du sein est la tumeur maligne la plus fréquente chez la femme.

Quelques chiffres

1 femme sur 9 développera un cancer du sein

54 000 nouveaux cas de cancers du sein en France en 2015

12000 décès par cancer du sein en France en 2015

5 à 10 % de formes héréditaires de cancers du sein

15 % de cancers du sein dépistés à un stade très précoce

L’âge moyen du diagnostic est 62 ans.

Les différents types de cancer du sein

En fonction de la taille de la tumeur, de sa topographie et surtout de sa nature chaque cancer du sein a des caractéristiques bien spécifiques, ce qui explique que les traitements soient adaptés à chaque patiente.
Le sein est constitué de lobules qui correspondent à la zone anatomique responsable de la production du lait. Ces lobules sont reliés au mamelon par les canaux galactophores. Le sein est également constitué de graisse, de vaisseaux sanguins et de vaisseaux lymphatiques qui servent à drainer la lymphe jusqu’aux ganglions situés au niveau de l’aisselle (ganglions axillaires).
Le cancer du sein peut se développer soit dans les lobules soit dans les canaux galactophores. On parle alors respectivement de carcinomes lobulaires et de carcinomes canalaires (les plus fréquents). D’autres formes plus rares existent.
Le diagnostic de cancer du sein peut être fait au stade des lésions précancéreuses (carcinome in situ) ou au stade d’une authentique lésion cancéreuse (carcinome infiltrant).

Pour les carcinomes in situ, la maladie est toujours localisée au sein et ne peut pas s’être propagée ailleurs.

Schema sein 1

Les circonstances du diagnostic

La plupart du temps, le cancer du sein n’est responsable d’aucun symptôme.
Le diagnostic repose le plus souvent sur la mammographie qui est l’examen clé du dépistage systématique qui a lieu entre 50 et 74 ans, tous les 2 ans, pour la population générale.
Parfois, le cancer peut se révéler par une masse palpée, une rougeur, une déformation des contours du sein ou une ombilication du mammelon.
Dans tous les cas, une biopsie doit être effectuée par le radiologue pour avoir une confirmation du diagnostic avant tout acte chirurgical.

Les traitements

La chirurgie permet d’enlever la tumeur le plus souvent en conservant le sein (tumorectomie ou mastectomie partielle). Malheureusement, dans certains cas, l’ablation complète du sein (mastectomie totale) reste encore nécessaire.
La chirurgie permet également d’évaluer l’état des ganglions en faisant un prélèvement du ganglion sentinelle dans la plupart des cas ou en enlevant tous les ganglions si cela est nécessaire (curage axillaire).

La prise en charge est pluridisciplinaire.
Quinze jours après l’opération le chirurgien reçoit les résultats de l’analyse des pièces opératoires.
Il présente alors le dossier complet en réunion pluridisciplinaire au sein de laquelle sont rassemblés les radiothérapeutes, les oncologues, les radiologues et les chirurgiens.
Une décision collégiale est prise quant à la suite du traitement.

Au cours de la consultation d’annonce, le chirurgien reçoit la patiente 15 jours après l’intervention avec les résultats et la décision retenue en réunion pluridisciplinaire.
C’est à ce moment-là qu’il indique si une chimiothérapie, une radiothérapie ou une hormonothérapie sont nécessaires.
Si cela est le cas la patiente est orientée vers un médecin spécialiste du Centre d’Oncologie et de Radiothérapie (ORLAM) situé à la Polyclinique du Val de Saône à Mâcon.

Après les traitements, la surveillance est assurée par le chirurgien et l’oncologue qui a assuré le traitement en collaboration avec le médecin gynécologue et le médecin traitant de la manière suivante : une consultation tous les 4 mois pendant 2 ans, tous les 6 mois pendant 3 ans, puis annuellement. Pendant ces dix années, une mammographie annuelle est préconisée.

SPECIALISTE EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE & EN CANCEROLOGIE

Le Docteur TIXIER vous reçoit au cabinet de Gynécologie du Clos Malcus, à Mâcon (71).